De nouvelles façons d'apprentissage avec le développement d'Internet

Les nouvelles technologies ont apporté beaucoup de changement, et même dans le domaine de l’apprentissage. En effet, une nouvelle manière d’apprendre a fait son apparition grâce au fait que les connaissances se transmettent désormais d’une autre façon. Cette manière se différencie de celle plus classique qui est basée sur les statuts d’élève et de maître. De nos jours, tous sont acteurs dans leur apprentissage. Cette nouvelle tendance dans le monde de l’apprentissage nous rappelle un concept du 18e siècle dans lequel les élèves les plus avancés ont été chargés d’aider les autres élèves. Cette classe mutuelle ou apprentissage par les pairs est une idée qui a su façonner l’apprentissage actuellement. Cette pédagogie est une manière de faire bénéficier à tout le monde le savoir de certains élèves. Le groupe d’élèves va ainsi pouvoir se former, se partager des connaissances et faire des recherches ensemble. Et ce sont les nouvelles technologies (tutoriels, wikis..), notamment internet, qui vont aider les intéressés dans cette démarche.

Internet et les nouvelles technologies vont également créer une condition optimale, propice au partage et au travail de groupe, les principales bases de l’apprentissage par les pairs.

Bien définir le projet d'apprentissage

Dans un premier temps, il faut construire le groupe pour l’apprentissage. Un groupe parfait tient d’abord compte des exigences liées à la diversité, à la parité, au niveau de chacun des élèves… Les élèves qui font partie du groupe doivent également présenter le même intérêt pour le sujet et les thématiques qui y sont abordés et avoir de l’expertise à partager.

L’animation sera au cœur de l’apprentissage. En effet, des orientations sous forme de questions seront posées afin d’animer le partage. Chacun va essayer d’y répondre, exprimer ses idées et raconter ses propres expériences. Une autre idée empruntée à la classe mutuelle du 19e siècle, c’est l’importance des commandements par la voix, l’écrit (écriteaux) et la sonnette à l’arrivée de chaque nouvelle étape dans les échanges. Une adaptation de cette idée est actuellement l’utilisation du grand écran pour afficher certaines informations.

Par ailleurs, la disposition de la salle sera changée pour devenir plus décontractée, ce qui va supprimer le schéma habituel de la différence entre le formateur et les apprenants. Pour mettre tous les participants sur le même piédestal, les chaises doivent être disposées en plusieurs cercles de 6 personnes. Ainsi, tous les participants vont se sentir à l’aise, leurs compétences étant valorisées comme celles de tous les autres de son groupe. L’attention de chacun portera sur les différents échanges et non focalisée sur une seule personne.

Un apprentissage qui crée des participants engagés

Afin de maintenir l’engagement des étudiants, le sujet abordé est aujourd’hui découpé en plusieurs petites sections. Chaque section prendra tout au plus un quart d’heure. L’utilisation de chaque laps de temps va varier entre activités pratiques, échanges, restitution et production. Une importance particulière est par ailleurs accordée au retour sur les réalisations de chacun tout au long de l’apprentissage. En effet, selon le professeur Stanislas Dehaene, le fait de voir nos réalisations visualisées par d’autres personnes contribue grandement à agrandir son sentiment d‘efficacité personnelle. Pour ce faire, les résultats de la contribution de chacun seront affichés puis chacun va avoir la possibilité d’apporter des modifications ou compléter les résultats.

Cela va accroître la confiance en soi, le sentiment d’indépendance et d’autonomie chez les participants. Ils vont se sentir comme un acteur à part entière dans les séances et ils deviennent tous co-créateurs dans le cadre du système qui est d’ailleurs conçu de manière à être auto-gérée par tous les participants en même temps. Les thématiques abordées sont établies par chaque groupe qui va décider du programme annuel qu’il abordera.

Une plus grande efficacité dans la gestion des classes

Cette méthode est très favorable pour les enseignants qui vont pouvoir gérer jusqu’à une centaine d’étudiants sans se fatiguer, ils n’auront pas à faire la discipline, d’ailleurs les élèves vont devenir plus motivés. Chaque séance va devenir une vraie partie de plaisir pour tout le monde.

Ce genre d’apprentissage se base sur l’acquisition de connaissances par l’expérience et non des livres ou autres informations préalablement établies. Le principe est que les autres participants vont pouvoir bénéficier des connaissances d’une autre personne qui a une meilleure compréhension de la chose et qui a des expériences en lien avec le sujet. L’empathie sera également plus présente lors des échanges puisque les personnes qui auraient vécu les mêmes expériences sauront bien se comprendre. Ce qui va créer un lien et qui va conduire les apprenants à s’apprécier les uns les autres.

Selon la méthode d’apprentissage appelée « Apprendre en enseignant » (par Jean-Pol Martin), le fait de confier aux élèves certaines tâches va susciter leur engagement et générer plus de réussite.

Même si beaucoup d’enseignants sont convaincus de l’efficacité d’une telle pédagogie, une part importante d’entre eux pense qu’elle nécessite un grand investissement en matière de temps et de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le blog des apprentis et orientation en apprentissage pour les jeunes
Retour haut de page